Très tôt colonisée par l’homme, cette “campanus” ou campagne douce, présente encore aujourd’hui l’oeuvre de ses premiers paysans : Les pierres, dégagées des champs qu’elles encombraient ont été regroupées en murettes permettant le soutènement et la délimitation des terrains.
Dans le même temps, des rigoles ont été creusées, le plus souvent empierrées elles aussi, pour équilibrer l’irrigation en toute saison. Ce travail colossal de générations d’agriculteurs a permis la naissance d’un paysage humanisé où des prairies s’étagent, grasses, fleuries, bien exposées, tout au long de l’Adour et jusqu’aux pentes plus rudes.

There are no comments yet.

Leave a Comment

Your email address will not be published. Required fields are marked (*).

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>