Poubelles enterrées

Depuis 2012, la compétence défense-incendie des habitats isolés est devenue communautaire.
Au début de l’année 2013 nous avons, en collaboration avec le SDIS (Service Départemental d’Incendie et de Secours) réactualisé le diagnostic sur l’ensemble de la commune des poteaux et bornes d’incendie. De ce travail de recensement nous avons défini nos besoins en poteaux incendie ou citernes extérieures à destination de la CCHB afin d’accélérer la mise en place d’un programme pluriannuel de travaux à réaliser sur l’ensemble du territoire.
Or, Campan ne figurait pas sur le programme 2013 des travaux que devait mettre en oeuvre la CCHB. Sur demande expresse du Maire, le Président de la CCHB nous a accordé une enveloppe de 17 000 € qui nous a permis d’acheter et de mettre en place deux bâches ainsi que le matériel nécessaire (clôture, sable….).

Carrefour des patrimoines

Les Campanois, villageois ou valléens, sont très attachés à l’entretien de leur patrimoine culturel et naturel et à la qualité de la vie sociale comme en témoigne les nombreuses (30) associations qui animent la commune et créent du lien : plusieurs comités des fêtes, le célèbre groupe folklorique des Pastourelles, la tradition cocasse et attractive des
grandes et petites Mounaques, l’évocation de Madame Campan en son “Carrefour des Patrimoines”, et celle de la carrière de marbre de Payolle par “Les Marbrés de l’Espiadet” enfin la sauvegarde des traces du pastoralisme par la
reconstruction des courtaous, leytés et rigoles, sont autant de spectacles, de visites possibles ou de randonnées pour qui veut découvrir la vallée.

Appreciations d’un des premiers voyageurs

«Les deux côtés du Tourmalet sont bien partagés. Il sépare les extrêmes de la fertilité des monts, et de la perfectibilité de la vie pastorale. La vallée de Campan, dès le Tourmalet, arrosée par des eaux calmes, environnée de montagnes accessibles, a des pentes douces, des surfaces herbeuses, d’heureux troupeaux et d’heureux bergers. Deux vallons, dont le premier descend du Tourmalet et l’autre des montagnes de la vallée d’Aure, se perdent, au bourg de Sainte Marie, dans la vallée de Campan. Chacun de ces vallons y apporte le tribut de son torrent ; et l’Adour, formé de leurs eaux confondues, après avoir baigné les riches prairies de cette vallée, rencontre là les plaines de la Bigorre.
Je ne peindrai point cette vallée qui le voit naître, cette vallée si connue, si célébrée, si digne de l’être ; ces maisons si jolies et si propres, chacune entourée de sa prairie, accompagnée de son jardin, ombragée de sa touffe d’arbres ; les méandres de l’Adour, plus vifs qu’impétueux, impatient de ses rives, mais en respectant la verdure ; les molles inflexions du sol, ondoyant comme des vagues qui se balancent sous un vent doux et léger ; la gaieté des troupeaux, et la richesse du berger. »
Ramond de Carbonnières (1755 – 1827),
botaniste passionné par les Pyrénées

Murettes et rigoles

Très tôt colonisée par l’homme, cette “campanus” ou campagne douce, présente encore aujourd’hui l’oeuvre de ses premiers paysans : Les pierres, dégagées des champs qu’elles encombraient ont été regroupées en murettes permettant le soutènement et la délimitation des terrains.
Dans le même temps, des rigoles ont été creusées, le plus souvent empierrées elles aussi, pour équilibrer l’irrigation en toute saison. Ce travail colossal de générations d’agriculteurs a permis la naissance d’un paysage humanisé où des prairies s’étagent, grasses, fleuries, bien exposées, tout au long de l’Adour et jusqu’aux pentes plus rudes.

La ferme

La ferme elle-même fut construite en bordure du champ, vaste maison à balcon adossée à la grange, le plus souvent tournée vers le Sud. L’unité architecturale est respectée et se retrouve d’une habitation à l’autre suivant un plan identique. Le chaume originel a disparu presque partout, signalé par de curieux pignons à “penaous”, désignation poétique de marches en “pas d’oiseau” qui permettaient de contenir le chaume et de protéger les murs.

Les courtaous

Le pastoralisme demeure un des pôles essentiels de l’activité : le premier dimanche de Juin, la vallée se réveille encore dans la rumeur nocturne de troupeaux d’ovins et de bovins qu’une force invincible appelle vers les estives ; et cette période de transhumance permet aux éleveurs, véritables jardiniers de la montagne, de se consacrer aux récoltes de foin.

Deux campanois de prestige

Campan compte, parmi ses notoriétés historiques, deux personnages dont le souvenir est entretenu dans le bourg :
• Le soldat Mariolle, grognard extravagant de Napoléon, qui le surnommait l’indomptable, peint par David dans une vaste fresque reproduite partiellement à la mairie.
• Madame Campan qui ayant servi la reine Marie-Antoinette comme première femme de chambre, fut après la révolution rappelée par l’empereur pour fonder l’Ecole des jeunes filles de la Légion d’Honneur.

Les activités de montagne

La station du Grand Tourmalet qui regroupe le Pic du Midi, Barèges et La Mongie, offre le plus vaste champ de neige des Pyrénées pour le ski alpin ; alors que Payolle révèle un site naturel éblouissant pour le ski de fond et la randonnée pédestre en été et que le plateau d’Artigues est une des principales portes du massif du Néouvielle.
Les sites naturels Campanois autorisent, suivant les saisons, la pratique de sports très variés : ski, luge, raquettes, cyclisme, VTT, parapente, pêche sportive, escalade, accrobranche, via ferrata, canoë, et bien sûr randonnée sur de nombreux chemins balisés, pour tous les niveaux.

Voirie communale

Romeo and Juliet is a tragedy written by William Shakespeare early in his career about two young star-crossed lovers whose deaths ultimately reconcile their feuding families. It was among Shakespeare’s most popular plays during his lifetime and, along with Hamlet, is one of his most frequently performed plays.